Acupuncture et tabac

Écrit par les experts Ooreka

Au cours d'une séance, le médecin-acupuncteur va appliquer quelques aiguilles sur des points d'acupuncture très précis du patient en fonction du trouble à traiter. Il peut aussi se servir de moxas, et faire de la moxibustion, ou bien de minuscules décharges électriques, dans le cas de l'électroacupuncture.

Si l'acupuncture est utilisée pour soigner le stress, les troubles articulaires ou l'anxiété, mais également pour estomper les rides dans le cas du lifting par acupuncture, elle est très efficace face à certaines dépendances telles que le tabagisme. Comment applique-t-on l'acupuncture au tabac ?

Acupuncture et tabac : causes et conséquences du tabagisme

Le tabagisme, en bref

Le tabagisme est considéré comme une accoutumance à une substance toxique, la nicotine. Que l'on fume des cigarettes, des cigares ou du tabac dans une pipe, il s'agit d'une toxicomanie qui s'accompagne de troubles de la santé multiples et variables selon :

  • l'âge du fumeur ;
  • la durée du tabagisme ;
  • la quantité moyenne de tabac consommée chaque jour (5 cigarettes ou 2 paquets ?).

Conséquences du tabagisme

Les troubles de santé causés vont d'une simple bronchite – qu'il faut déjà prendre en compte car elle devient souvent chronique chez le fumeur – à des pathologies bien plus lourdes pouvant entraîner le décès du fumeur dans les cas les plus graves.

Le tabagisme est aujourd'hui l'une des principales causes de mortalité dans le monde. On reconnaît en effet qu'il peut entraîner :

  • des troubles vasculaires et vasculaires cérébraux (AVC) ;
  • des tumeurs bénignes ou malignes ;
  • des troubles respiratoires ;
  • un vieillissement prématuré de la peau et des autres cellules de l'organisme, etc.

D'autre part, les personnes qui ne fument pas mais sont en contact régulier avec des fumeurs souffrent de tabagisme passif, ce qui entraîne les mêmes effets sur leur santé. Arrêter de fumer permet donc de réduire rapidement les risques pour sa santé et celle de son entourage.

Pourquoi fume-t-on ?

Beaucoup de campagnes pour l'arrêt du tabagisme encouragent les personnes qui n'ont jamais fumé à ne pas commencer. C'est sans doute la clé, pour ne jamais être dépendant.

En effet, toute personne qui commence à fumer sera très vite dépendante. La nicotine envoie un signal au cerveau et il est ensuite très difficile d'arriver au sevrage, même si c'est possible !

Qu'est ce qui cause l'envie de fumer sa première cigarette ?

  • L'envie de faire comme les autres lorsque l'on est adolescent et que les copains fument tous.
  • Un choc émotionnel : certaines personnes commencent à fumer en période de dépression, après une rupture ou après avoir perdu un être cher.
  • Un entourage de fumeurs : un enfant né dans une famille de fumeurs, avec des parents fumeurs, aura plus de risques de devenir fumeur à son tour.

Outre les facteurs psychologiques, il y a donc la dépendance physiologique qui va progressivement s'installer.

À qui s'adresser pour se défaire du tabac ?

Bien sûr, la première personne à consulter sera votre médecin-traitant. Il vous conseillera diverses solutions thérapeutiques pour faire face à la période de sevrage laquelle est la plus délicate et peut entraîner les symptômes suivants :

  • irritabilité, maux de tête ;
  • bouche sèche ;
  • insomnie, envie irrépressible de fumer par moment ;
  • envie de sucre et de compenser le « manque » par des grignotages, etc.

Les différentes aides que l'on peut proposer à un patient qui veut arrêter de fumer sont :

  • la consultation d'un tabacologue ;
  • une aide médicamenteuse pour pallier le manque, des substituts (patchs, des gommes à mâcher) ;
  • l'homéopathie ;
  • l'hypnothérapie ;
  • la relaxation, le yoga ;
  • l'acupuncture.

Acupuncture et tabac : vers le sevrage

Quelle que soit la méthode essayée, il faut souligner l'importance de la motivation. Chez certaines personnes, il sera important d'accompagner ces différents traitements par une démarche de coaching afin de garder cette motivation.

Fonctionnement de l'acupuncture

L'acupuncture considère que nous sommes traversés par des flux d'énergie (Qi, prononcé Tchi) et que lorsque celle-ci circule mal (énergie bloquée, stagnation...), des troubles psychiques ou organiques peuvent apparaître. Pour se faire aider pour l'arrêt du tabac, l'acupuncture donne de bons résultats sur les divers symptômes liés au sevrage (énumérés plus haut).

Bien que l'acupuncture reste une méthode non validée par l'AFSSAPS (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) au vu d'autres méthodes thérapeutiques, cette méthode fonctionne sur certains patients en ayant tenté d'autres sans succès.

Acupuncture et tabac : la méthode Chiapi

La méthode « Chiapi » est l'une de ces méthodes. Cette séance se déroule comme toute le séance d'acupuncture et commence par une première entrevue avec le médecin-acupuncteur, qui vous pose un certain nombre de questions sur vos habitudes et les éventuels autres traitements en cours.

La méthode consiste à poser 2 aiguilles de part et d'autre du nez. La séance dure 20 minutes. Une seule séance suffit.

Acupuncture et tabac : l'auriculothérapie

Dans le domaine de l'acupuncture pour le sevrage tabagique, il est également à noter de bons résultats avec l'auriculothérapie. Les aiguilles sont alors placées dans l'oreille.


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
vanessa méril-mamert

nutritionniste, créatrice culinaire | wellness nutrition

Expert

virginie pagnier

sophrologue, hypnothérapeute, kinésiologue, | centre de sophrologie et bien être

Expert

NL
nathalie lariviere

rédactrice conseillère en aromathérapie holistique | passion huiles essentielles

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Produits



Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !